Découvrez nos différentes marques, en cliquant sur les logos en bas de page.

Newsletter :


HERVÉ MHUN, SCULPTEUR DE L'INFINI

HERVÉ MHUN, SCULPTEUR DE L'INFINI
Prix : 15,00 €
En stock
Total :


Description

Hervé Mhun, sculpteur d'infini.

Hervé Mhun est un  artiste du milieu de Loire: il est né le 16 novembre 1905 à Saint-Thibault. Il est décédé en 1968. Il descend d'une famille authentiquement ligérienne: un père charpentier de marine de Loire , un grand-père marinier, et l'arrière grand-père," Picanne", baliseur de Loire...  ce métier a disparu de cette partie du cours du fleuve. Quoi d'étonnant à ce que notre artiste ait été inspiré par le fleuve ? Il le portait dans ses gènes.

Gros plan Hervé Mhun

En cette première moitié de XXe siècle, la pêche professionnelle du saumon battait son plein, mais la marine de Loire accusait son déclin, vaincue par le chemin de fer. Les ligériens se reconvertissaient donc dans la pêche et la chasse sur la Loire, et le jeune Hervé passa une partie de sa jeunesse sur les barques à fond plat.

Pendant la guerre de 1914/18, la famille s'exila en Bretagne, et le garçon annexa à son inspiration ligérienne le souffle qui anime les Bretons : il se lia avec des artistes de cette région. Hervé, à cette époque, sculptait les bois, et c'est ainsi que Claude Rameau, "le peintre de la Loire", le remarqua, et l'incita à monter à Paris, à 18 ans. Mais c'est en usine qu'il lui fallut travailler, pour subsister, et le pays l'envoya bientôt effectuer son service militaire à Fez, dans le Maroc en guerre. Il ne regagna la capitale qu'en 1927, installé dans un atelier de Montparnasse. Dès 1930, il est à même de présenter des bustes de pierre.

En 1930, il épouse une Sancerroise, qui lui donne un fils, peu avant d'être emportée par la maladie. Malgré le malheur, il poursuit sa carrière et reçoit la médaille d'or de l'exposition internationale des Arts et Techniques en 1937; l'Etat se porte acquéreur de son œuvre. C'est une époque de succès, la solidarité entre artistes joue pleinement, et sa sœur, artiste peintre, vient le rejoindre.

Vient la Seconde Guerre Mondiale. Hervé est fait prisonnier en 1940. Il refuse le STO, et parvient à sculpter les visages de ses compagnons de captivité, exprimant de façon extraordinaire la souffrance. A la suite d'un bombardement en 1943, il édifiera un monument commémoratif, aujourd'hui consacré par les Allemands: l'œuvre de notre sculpteur contribuera à la réconciliation des deux peuples...

En 1947, diminué par la captivité, il reprend son métier et travaille pour Bourges, Abbeville; Il est invité en Belgique, en Suède... Autant d'influences  nouvelles. C'est ainsi que son inspiration rencontra celle de l'écrivain Henri Guénon, ce qui allait susciter le "grand œuvre" d'Hervé Mhun. L'écrivain est inspiré par les philosophies orientales et la franc-maçonnerie. Les sculptures d'Hervé Mhun prendront dès lors le tour initiatique qui caractérise l'apogée de sa carrière. Les formes sont stylisées, épurées, élancées, empreintes de mystère. Une créativité fiévreuse s'empare de l'artiste, le tenant éveillé la nuit.

Hervé Mhun cherche une autre source d'inspiration dans la nature et la route: il parcourt la France, à bicyclette, en scooter, dresse sa tente au hasard de ses pérégrinations. En 1955, il devient père à nouveau. Il expose à Sancerre, dans sa terre natale, tout en continuant à se monter dans les galeries parisiennes. Pour porter le message de son œuvre, il renoue avec les traditions de ses ancêtres et acquiert une péniche: Hamsa. Elle mène ses sculptures jusqu'à Paris, où elle devient une galerie flottante. Les sculptures font l'admiration des visiteurs de la péniche, mais les commandes n'affluent guère: les années péniche seront des années galère. Il n'expose que très rarement en dehors de son bateau. Sept ans après le début de l'aventure, il se sépare de sa péniche et regagne ses ateliers antérieurs. La Région Centre lui commande des œuvres, un hommage aux mariniers disparus. Ainsi naîtra "l'eau",  en 1965  à Neuvy-sur-Loire... la sculpture fera face, quelques années plus tard, à la centrale nucléaire de Belleville.

Mais le talent d'Hervé Mhun sera fauché prématurément: en 1967, sa santé s'altère, suite à la découverte d'un cancer. Il ne se décourage pas et fourmille de projet. En mars 1968, il a une fille, mais il s'éteint en juin. Il avait seulement 62 ans.

2005 verra une exposition rétrospective à Sancerre pour le centième anniversaire de sa naissance.  Dans cette ville existe une association pour la sauvegarde de son œuvre. Un quai de Loire porte son nom à Saint-Satur.

Cependant, la mémoire de cet artiste exceptionnel ne bénéficie pas encore de l'aura qu'elle mérite; puissent ceux qui seront les témoins de ses créations continuer à les faire vivre au delà de l'univers du Sancerrois: l'artiste le mérite.

Association des Amis d’Hervé Mhun       http://herve.mhun.pagesperso-orange.fr

60 pages  Ibsn9782910475970



Détails
ISBN9782910475970