Newsletter :


C'est dans le journal ...

Consultez dans cette rubrique les articles consacrés à nos ouvrages.

mercredi 17 octobre 2018

Serge Grouard, pour son livre : "Ce que je voulais vous dire"
 
"Je suis fier d'avoir été maire d’Orléans, mais je ne suis pas fier du député que j’ai été" - Serge Grouard
"Je suis fier d'avoir été maire d’Orléans, mais je ne suis pas fier du député que j’ai été" - Serge Grouard © Radio France - François Guéroult

Serge Grouard, pour son livre : "Ce que je voulais vous dire"

Diffusion du jeudi 18 octobre 2018 Durée : 7min

C'est un livre qui ne passera pas inaperçu dans le Landernau politique : Serge Grouard publie aujourd'hui un livre d'entretien, intitulé "Ce que je voulais vous dire" (éditions Corsaire). Un livre dans lequel se confie l'ancien député-maire d'Orléans, sans arrière-pensée politique, assure-t-il.

"Ce que je voulais vous dire" : c'est le titre du livre que sort aujourd'hui Serge Grouard aux éditions Corsaire. Un livre d'entretien avec le journaliste Anthony Gautier. Un livre qu'il a présenté ce matin sur France Bleu Orléans.

L'ancien député-maire d'Orléans - il est toujours adjoint à la stratégie métropolitaine à Orléans - retrace là 25 ans de carrière politique : son parcours, son bilan, ses convictions, ses passions même. "Ce ne sont pas des mémoires, précise-t-il, c'est une envie, d'abord de dire à mes enfants un certain nombre de choses ; et ensuite de partager une expérience." Pourquoi le faire aujourd'hui, en 2018 ? "Je ne sais pas répondre à cette question. J'avais cette envie, mais je ne savais pas comment la concrétiser... J'avais au fond l'envie de dire ma part de vérité."

Je ne me suis jamais bien senti dans le monde politique"

Les coulisses de la campagne de 2001, les discussions tendues avec Charles-Eric Lemaignen sur la 2ème ligne de tram, l'échec du projet Arena "peut-être mon plus grand regret en tant que maire", la déception vis-à-vis de François Fillon, on peut lire tout ça dans ce livre. Avec parfois des formules étonnantes : "J'avais depuis longtemps la certitude inexpliquée que je serai, un jour, maire d'Orléans." Mais aussi : "Je ne me suis senti jamais bien dans le monde politique" - paradoxal, pour quelqu'un qui a été maire pendant 14 ans et député pendant 15 ans ! "Je ne suis pas le chevalier qui arrive avec son armure et son épée, mais je ne m'y suis jamais senti bien parce que je crois à ce que disait Bernanos, qu'il y a "un honneur en la politique", et que notre vie politique est en permanence dans les petites compromissions et les querelles d'ego qui font que notre pays se dégrade. Donc, non, je ne me sens pas bien dans les salons parisiens... Ce que j'ai aimé, c'est faire."

On comprend dès lors le sens de cette phrase prononcée dans ce livre : "Je suis fier d’avoir été maire d’Orléans, mais je ne suis pas fier du député que j’ai été" - fier des réalisations municipales, mais déçu par la politique nationale qui ne traite pas les problèmes de fond, notamment la dette et le réchauffement climatique. "Oui, je suis fier de ce que nous avons fait à Orléans. Et non, je suis pas fier du mandat de député. Pour une raison simple : en 15 ans, qu'est-ce qu'on laissé collectivement et personnellement ? Une France en moins bon état. Nous ne sommes pas à la hauteur."

Grouard_France_bleu.jpg

Je n'ai pas de calcul politique"

Mais on peut aussi déceler dans cet ouvrage, ici ou là, l'esquisse d'un programme futur : une trémie sous le carrefour Zénith, un événement culturel fort « j’ai quelques idées en la matière », le Festival de Loire qu’il faut «régénérer», le pape qu'il faudrait inviter pour les fêtes johanniques de 2020...  "Ce livre ne s'inscrit pas dans un processus de retour à la vie politique sur Orléans, et notamment aux municipales de 2020, assure Serge Grouard. Je ne sais pas ce qu'il va se passer pour ces municipales, ni ce qu'il va se passer avant, je suis toujours impliqué dans la vie orléanaise et j'y tiens, mais je n'ai pas de calcul politique, je ne suis pas dans ce type de schéma."

On notera enfin dans ce livre cette formule qui sonne tout de même un avertissement à l'actuel maire Olivier Carré : "j'ai pris des engagements en 2014 et je suis attentif à ce que le contrat soit honoré."


CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD
18,00 €




GROUARD Serge
Voir la biographie

samedi 13 octobre 2018

La Rép : Ce que Serge Grouard tenait à vous dire :

Serge Grouard La Rep oct 2018


CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD
18,00 €




GROUARD Serge
Voir la biographie

mercredi 10 octobre 2018

La Nouvelle République : Le slam de Marcel Goudeau ravit l’auditoire

Samedi 6 octobre, Marcel Goudeau, auteur de « Mes mots ont la parole » aux Éditions Corsaire, a livré ses mots sur les maux et les joies de tous les jours mêlant ironie, espièglerie et tristesse mais toujours avec beaucoup d’émotions. Les bénévoles de la bibliothèque Lucien-Brossard ont invité ce poète contemporain qui a su conquérir l’assemblée venue le découvrir.
La joie se lit sur les visages des bénévoles conquis par les artistes après ce slam envoûtant.
Tour à tour, des pans de vies colorées ou assombries ont été déclamés imprégnant l’imaginaire de l’auditoire. Un écolier, un senior, un malade, un amoureux, un rêveur, un saltimbanque ont fait leur farandole emportés par les vers slamés de l’orateur. Luc Daé, compagnon de scène de Marcel, a annoncé chacun des textes par une petite mélodie sur son synthétiseur comme un prélude musical qui, souvent, en dit déjà long ! Ainsi, comment ne pas se laisser porter à la rêverie avec ce duo poétique, charmeur et charmant ? ■


MES MOTS ONT LA PAROLE, le slam qui raconte la vie  - Marcel GOUDEAU MES MOTS ONT LA PAROLE, le slam qui raconte la vie - Marcel GOUDEAU
14,00 €




GOUDEAU Marcel
Voir la biographie

jeudi 4 octobre 2018

Le Monde des livres : Victor Hugo au Sénat

Le Monde des livres


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

Tribune hebdo : Un Parlement résident longue durée ? Après le rassemblement des écrivains francophones…

La première session du Parlement des écrivaines francophones s’est achevée vendredi dernier et les projets ont déjà fusé. Orléans devrait ainsi accueillir chaque année une session de ce rassemblement. Olivier Carré a ainsi invité ce Parlement à siéger dans la cité johannique « autant d’années qu’il le souhaite. La Terre est ronde, mais il faut un point où s’ancrer. La force de la Toile est qu’il n’y a plus de petit ou grand endroit. Orléans a souvent promu ce que l’on rejetait ailleurs », a affirmé le maire d’Orléans, qui s’est également montré favorable à la mise en place de résidences d’écrivaines francophones « ayant des difficultés à s’exprimer dans leur pays. »Parlement des écrivainesUne multitude de projets

Et pour le reste, que garder de cette édition ? Eh bien, que ce Parlement des écrivaines francophones fut un vrai… parlement ! Ceux qui ont assisté aux débats de ces 70 écrivaines peuvent ainsi en témoigner : la pluralité des avis fut au rendez-vous, du « manifeste » signant la naissance de cette assemblée en passant par la question de la migration. Le nom des éditions Corsaire a été lancé pour une publication des actes et l’écrivaine Fawzia Zouari a affirmé la volonté de ce Parlement de s’exprimer publiquement « chaque fois qu’il y aura une censure, chaque fois qu’il y aura une fatwa. » D’autres projets ont été évoqués, et notamment celui d’écrire des livres en commun. L’un d’eux pourrait avoir comme titre : 36 h dans la vie d’une femme ! 


Courrier du Loiret : Victor Hugo au Sénat

Le Courrier du Loiret 4 oct 2018


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

mercredi 3 octobre 2018

Vente flash

numilog Journal d'un sein


mardi 2 octobre 2018

La Rép : Victor Hugo, cet orateur oublié

Victor Hugo La Rép


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

LaRep.fr Victor Hugo, cet orateur oublié

Il peut en parler des heures, passionnément. Aussi bien de l'écrivain que de l'homme, du dramaturge que du sénateur, qui hante encore les murs du palais du Luxembourg.
Seize ans après un solennel hommage de la Haute Assemblée pour le bicentenaire de la naissance de cet orateur hors pair, et alors qu'une exposition lui est consacrée, en ce moment, à Paris, l'ouvrage Victor-Hugo au Sénat témoigne de l'immortalité de cet esprit éclairé.
Le titre du livre est celui de la conférence qu'avait donné Jean-Pierre Sueur, il y a quelques années, à Orléans, à l'invitation de son « ami Alain Malissard, président de l'Association Guillaume-Budé ». Pour préparer cette intervention, l'élu avait dû plonger dans les archives, exhumer les interventions de cet illustre parlementaire. « Ses discours au Sénat ne sont pas du tout connus », a constaté l'ancien maire d'Orléans, en explorant les trésors de la bibliothèque du palais du Luxembourg. « Là, je me suis rendu compte de la grande qualité de ces discours. C'est un homme fabuleux, un orateur considérable, un homme qui croit au progrès », s'enthousiasme Jean-Pierre Sueur, en assurant avoir voulu écrire cet ouvrage pour « faire revivre ces textes remarquables ». « Faisant fréquemment visiter le Sénat, écrit le sénateur du Loiret sur son blog, je montre aux visiteurs la place de Victor Hugo dans l'hémicycle. Et je rappelle qu'ici, au Sénat, mais aussi à l'Assemblée nationale ou en bien d'autres lieux et circonstances, Victor Hugo a défendu l'abolition de la peine de mort, l'abolition de l'esclavage, le droit de vote des femmes, les lois sociales (il avait écrit Les Misérables), l'école publique et laïque pour tous ( « ouvrir une école, c'est fermer une prison. » ), les États unis d'Europe, la monnaie unique européenne, l'amnistie après la Commune ». Un monstre sacré qui méritait bien cet hommage.
En librairie. Victor Hugo au Sénat. Par Jean-Pierre Sueur. Éditions Corsaire. 144 pages. 14 euros. www. corsaire-editions. com
À Orléans. À 18 heures, vendredi 5 octobre, à la Librairie des Temps Modernes.
À Olivet. À 14h30, samedi 13 octobre, à la librairie Volte-Page. À Pithiviers.
À 15 heures, samedi 20 octobre, à la librairie Gibier.
À Orléans. Samedi 20 et dimanche 21 octobre, au salon Livre au coeur, à la serre du Jardin des plantes.
À Sully-sur-Loire. À 14h30, samedi 27 octobre, à la librairie Au Temps des Livres.

« Je me suis rendu compte de la grande qualité de ses discours »

Cédric Gourin cedric.gourin@centrefrance. com


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

vendredi 28 septembre 2018

Serge Grouard se dévoile pour la première fois...

Rép du Centre 28/09/2018


mardi 25 septembre 2018

Jean-Pierre Sueur sur RCF : Victor Hugo au Sénat

 


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

vendredi 21 septembre 2018

Jean-Pierre Sueur sur Public Sénat

Public SénatJean-Pierre Sueur sur Public Sénat

https://www.publicsenat.fr/emission/territoire-senat/jean-pierre-sueur-132626


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

jeudi 20 septembre 2018

Génèse de Victor Hugo au Sénat

Budé


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

Terres de Loire évoque Victor HUGO

Victor Hugo au Sénat, par Jean-Pierre Sueur

Chantre du progrès et de la liberté, Victor Hugo a été pair de France de 1845 à 1848 puis, sénateur de Paris de 1876 à1885. Dès sa première déclaration à la Chambre des Pairs, il affirme son engagement contre la peine de mort. À travers l’évocation et la retranscription de nombreux discours face aux assemblées, cet ouvrage propose d’exposer au grand jour l’action politique et de rappeler la force de conviction de Victor Hugo.

Jean-Pierre Sueur est sénateur du Loiret. Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, il a été maître de conférences à l’Université d’Orléans, député du Loiret, maire d’Orléans et secrétaire d’État aux collectivités locales.

 

« C’est aujourd’hui que la grave question des deux Chambres, posée par la Constitution, va être résolue. Deux chambres sont-elles utiles ? Une seule chambre est-elle préférable ? En d’autres termes, faut-il un Sénat ? […] Messieurs, j’y insiste. Il dépend aujourd’hui du Sénat de pacifier la France ou de troubler le monde. La France est aujourd’hui désarmée en face de toute la coalition du passé. Le Sénat est son bouclier […] Sénateurs, prouvez que vous êtes nécessaires. Le Sénat, en votant la dissolution compromet la tranquillité publique et prouve qu’il est dangereux. Le Sénat, en rejetant la dissolution, rassure la patrie et prouve qu’il est nécessaire […] Non, le passé ne prévaudra pas. Eût-il la force, nous avons la justice, et la justice est plus forte que la force. Nous sommes la philosophie et la liberté ».

Victor Hugo au Sénat, le 21 juin 1877

Édition brochée ● 144 pages ● 14 €


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

mardi 18 septembre 2018

Magcentre : Victor Hugo au Sénat: « Aimer c’est agir »
 

Victor Hugo ne fut pas qu’un  indiscutable génie littéraire, il prit part aux combats sociaux de son siècle.  Nul n’ignore l’exilé de Guernesey et les raisons de cet exil, on sait moins qu’il fut, nommé en 1845 par le roi Louis-Philippe pair de France puis à son retour  en France  élu sénateur  de Paris  le 30 janvier 1876.

 Ancien maître de Conférence à l’université d’Orléans, littéraire par nature et par formation, devenu sénateur à son tour et siégeant dans l’hémicycle qui accueillit Victor Hugo, Jean-Pierre Sueur ne pouvait que s’intéresser à ce monument.  Si sa curiosité habituelle ne l’avait porté à se pencher sur les interventions  de son très auguste prédécesseur au palais du Luxembourg, le péguyste averti  qu’il est n’aurait pu se passer de cette recherche qui jusqu’ici n’avait pas donné lieu  à une publication exhaustive. Dans « Victor Marie, Comte Hugo »  Charles Péguy écrit, Hugo  donnait au public  «  tout ce qu’il produisait : le bon et le mauvais ; sachant bien que dans le tas il y en avait du très bon ».

 De cet intérêt est né un petit livre par la taille  mais profond par son contenu. « Victor Hugo  au Sénat » est paru aux éditions orléanaises « Corsaire éditions ». La couverture, déjà,  retient  l’attention. Un portrait d’Hugo l’occupe toute entière. Sous le front large le regard interpelle, celui d’un homme d’expérience, pénétrant parce que débordant de visions à exprimer. Et puis il y a l’importance donnée à la main droite, celle qui tient la plume et inscrit sur le papier les mots qui portent.

 Jean- Pierre Sueur s’est attaché aux interventions de l’écrivain, à sa vie  dans la  Haute assemblée en respectant l’ordre chronologique.  De façon assez surprenante, cela commence par  une partie de jambes en l’air. Avec Victor Hugo, comment s’en étonner ? Dans ce domaine  sa réputation est établie depuis longtemps. Le 5 juillet 1845, ce pair de France s’est offert une nuit dans une chambre meublée du passage Saint-Roch avec « sa chère Léonie », femme mariée  dont le mari « peu accommodant » envoie au petit matin  un commissaire verbaliser. Hugo  se drape aussitôt dans son immunité parlementaire  mais Léonie va en prison.  Louis-Philippe fait libérer Léonie et conseille à son ami de  se faire oublier  avec un voyage de trois mois. Hugo suit le conseil à sa manière  en  se réfugiant chez son « irrégulière régulière au long cours », Juliette Drouet.

 Le Sénat source d’inspiration

Même si le grand homme n’échappe pas au vaudeville, plus sérieusement c’est dans la rue de Tournon qui mène au Palais du Luxembourg  que  l’écrivain sent naître en lui « les Misérables ». Au XIXè  siècle, alors que l’industrie est en pleine expansion, le peuple meurt de faim. Riches et pauvres se côtoient sans se voir. Témoin d’une scène qui illustre ce constat  Hugo note une phrase  définitive et toujours d’actualité, «  Du moment où cet homme (le pauvre  arrêté pour avoir volé un pain)  s’aperçoit que cette femme existe (la riche duchesse dans son carrosse) et que cette femme ne s’aperçoit pas que cet homme est là, la catastrophe est inévitable ». Hugo  s’inspire également du nom d’un de ses collègues « le baron Thénard » hostile à toute réforme sociale  pour donner son nom aux Thénardier.

Le pardon avant tout

Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret.

  Dès 1846 Hugo s’engage contre la peine de mort. Cet homme qui ne put échapper  à son époque comme tout un chacun  quel que soit le siècle où il vit,   né à droite, admirateur de Napoléon Ier, se range assez vite du côté des faibles et des pauvres. Au  lendemain de la Commune, dès octobre 1871 Hugo demande pour les Communards « l’amnistie, tout de suite, l’amnistie avant tout ». Et  le 22 mai  1876, du haut de la tribune, il lance « Messieurs, dans la langue politique, l’oubli s’appelle l’amnistie. Je demande l’amnistie. Je la demande pleine et entière. Sans conditions. Sans restrictions. Il n’y a d’amnistie que l’amnistie. L’oubli seul pardonne . L’amnistie ne se dose pas. Demander : Quelle quantité d’amnistie faut-il ? C’est comme  si l’on demandait : Quelle quantité de guérison faut-il ? Nous répondons : il la faut toute ». Aux yeux de ses collègues Hugo qui la refusent passe pour un homme d’extrême gauche.

 L’homme engagé

 Il en faut beaucoup plus pour faire taire Victor Hugo pour qui « aimer c’est agir ». Et il ne se prive pas de soulever des questions et de donner son point de vue dont la justesse traverse les siècles. Il démontre l’utilité du Sénat qui est  «  un bouclier » qui « rassure la patrie ». Il plaide pour la cause des droits d’auteur et s’intéresse bien avant tout le monde à la préservation du littoral. Il en profite, au passage,  pour définir l’importance de la loi en général.

 En lisant ce livre certains se plaindront d’une absence de commentaires, de détails sur les circonstances, de mises en perspectives. On peut leur répondre sans grande difficulté que la parole de Victor Hugo se suffit à elle-même, qu’elle est suffisamment universelle, puissante et juste  pour se passer de commentaire. Ce fut en tout cas le choix de Jean-Pierre Sueur à qui revient le mérite de nous la rappeler. A chacun d’en faire son miel.

 Françoise Cariès


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

jeudi 13 septembre 2018

Journal de Gien : Victor Hugo au Sénat par Jean-Pierre SUEUR

Journal de Gien Hugo


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

mercredi 12 septembre 2018

Serge Grouard signera son livre à Orléans dans un mois

C’est la rentrée. Y compris dans le microcosme politique local. Ainsi l’ancien maire d’Orléans signera-t-il les 20 et 21 octobre à  l’occasion du tout nouveau salon du livre (Livre O Cœur) son ouvrage qui devrait sortir le 10 octobre et dont nous avions annoncé la parution ici même.

Serge Grouard

Il s’agit d’un livre d’entretiens avec un journaliste local (chez Corsaire Edition). Est-ce le vrai lancement de la campagne électorale pour les  municipales 2020? Cornérisé à LR pour son soutien indéfectible à François Fillon, Serge Grouard (adjoint au maire chargé de la stratégie métropolitaine), ne devrait pas figurer sur la liste aux Européennes. Alors il ne fait presque plus mystère qu’il « s’intéresse » à cette élection municipales. Retour aux sources. Avec qui, contre qui? Dans cet ouvrage sur « sa vie, son œuvre » va-t-il à nouveau « tailler » son successeur Olivier Carré et se déclarer candidat à la succession de son …successeur ? Ou au contraire se pâmer sur le maire d’Orléans et son équipe qu’il avait lui-même formée, mais dont de nombreux éléments ont depuis rejoint le macronisme ou flirtent sérieusement avec LREM. Comme le président de la métropole et maire en place, lui- même ? Le suspens est à son comble.

Le salon Livre O Cœur, organisé à la Serre du Jardin des Plantes samedi 21 et dimanche 22 octobre, qui ambitionne de traiter de « toute littérature et art du livre » et dont le thème de cette première édition sera « la couverture du livre », sera l’occasion de signatures d’auteurs nationaux et régionaux. Ainsi, outre Serge Grouard, Jean-Pierre Sueur, un autre ancien maire d’Orléans, dédicacera l’ouvrage qu’il vient de sortir sur Victor Hugo sénateur.


CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD
18,00 €




GROUARD Serge
Voir la biographie

Ce que je voulais vous dire

Éditions un livre d'entretien entre Serge Grouard – maire d'Orléans de 2001 à 2015 et député du Loiret de 2002 à 2017 – et le journaliste et collaborateur de La Lettre Valloire Anthony Gautier, intitulé « Ce que je voulais vous dire » . Dans cet ouvrage, l'ancien maire d'Orléans, le seul de l'histoire de la ville à avoir obtenu trois mandats consécutifs, se livre sur les ressorts de son engagement politique, les passions qui l'animent, les combats qu'il a portés et les regrets qui l'habitent.
Un ouvrage qui tourne, dans la coulisse, les pages de vingt-cinq ans de vie politique, locale et nationale.


CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD CE QUE JE VOULAIS VOUS DIRE - Serge GROUARD
18,00 €




GROUARD Serge
Voir la biographie

jeudi 6 septembre 2018

On en parle... JeanPierre Sueur signe un livre

Le Courrier du Loiret 6 sept 2018


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

mercredi 29 août 2018

Victor Hugo au Sénat

JP Sueur Victor Hugo


VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR VICTOR HUGO AU SENAT - Jean-Pierre SUEUR
14,00 €




SUEUR jean-Pierre
Voir la biographie

- page 3 de 23 -